Accueil > Présentation > En images > Vitraux et statues

Vitraux et statues

Dans cette rubrique, nous voudrions vous faire découvrir le sens des vitraux et statues qui ornent la chapelle et le couvent.
Saint Jean de la Croix dit que le spirituel peut se servir des images, sans s’y arrêter, pour aller à Dieu. "Que s’il se sert des images et oratoires, ce n’est qu’en passant, et aussitôt son esprit s’arrête en Dieu, oubliant tout le sensible" (III Montée 41,1).
Cliquez sur les liens dans le cadre à droite pour découvrir les vitraux et statues.

Articles de cette rubrique

  • La Vierge du cloître

    Inspirée de l’art gothique, cette vierge de pitié grandeur nature est une création de l’atelier de sculpture de Bethléem.
    Légèrement penchée en avant, une main sur le coeur dans un geste inachevé de supplication, elle exprime toute la douleur de la Vierge pleurant son Fils et le péché du monde, le regard est celui de la compassion.
    C’est la Vierge qui comprend, pardonne et offre en sacrifice la plus grande douleur qu’une mère puisse connaître en la perte de son enfant, pour le rachat de l’humanité. (...)

  • Saint Joseph

    Saint Joseph est à la fois le protecteur du Carmel et le Maître d’oraison que Thérèse propose à ses filles.
    Le lys symbolise la pureté et la hache l’amour du travail.
    Je demande seulement, pour l’amour de Dieu, à ceux qui ne me croient pas d’en faire l’épreuve ; l’expérience leur montrera combien il est bienfaisant de se confier à ce glorieux patriarche et d’avoir de la dévotion pour lui.
    Les personnes d’oraison, en particulier, devraient toujours s’attacher à lui ; car je ne sais comment on peut penser à (...)

  • Vitrail de l’abside

    Le Christ offre à Sainte Thérèse un clou.
    Un jour, j’importunais vivement le Seigneur pour qu’il rendît la vue à une personne dont j’étais l’obligée (…) je craignais que le Seigneur ne m’écoutât point, à cause de mes péchés. Il m’apparut comme il l’avait déjà fait ; il commença par me montrer la plaie de sa main gauche, et, de l’autre, il arrachait un long clou qui y était enfoncé ; il me semblait que la chair venait avec le clou. On voyait son supplice, j’en étais moi-même bien meurtrie, et il me dit de ne pas (...)