Accueil > Bandeau > A la Une > Homélies > Homélie de la Nuit de Noël

Homélie de la Nuit de Noël

P. Aurélien-Marie

Nuit de Noël
Luc 2, 1-14 ; Noël 2018

En lisant cet évangile une question étrange m’est apparue : lorsque j’ai vu que Marie emmaillotait Jésus et le couchait dans une mangeoire, je me suis dit : « lui a-t-elle mis un gilet ? » Puis je me suis demandé si le gilet existait à cette époque ? J’avoue que je n’en sais rien.

Et c’est alors que j’ai pris conscience de ceci : Jésus avait déjà un gilet ! Je m’explique : Dieu est pur esprit, nous ne pouvons pas le voir, ni le toucher, ni l’entendre. Alors quand il vient sur terre, il met un gilet : le gilet de notre humanité ! Dieu, en venant sur la terre, revêt notre humanité : il a une intelligence d’homme, une volonté humaine, une mémoire, une imagination, une sensibilité, une affection… il devient vraiment comme nous : c’est le gilet qu’il revêt pour que nous puissions le connaître et le connaître sensiblement, tangiblement. Grâce à l’humanité qu’il a endossé, nous pouvons voir, entendre, toucher Dieu ; et c’est bien cela que les évangiles nous raconte : comment Jésus (Dieu qui a mis le gilet de notre humanité) a vécu parmi nous.
La conséquence est que, désormais, nous avons le même gilet, lui et nous. Et donc nous sommes reliés à lui par la même corde qui relie tous les hommes entre eux, puisque nous avons tous la même humanité. Bref désormais, une corde relie le gilet de Jésus avec celui de chacun d’entre nous puisqu’il est comme nous.

Ceci dit, on peut en savoir un peu plus sur ce gilet : c’est un gilet de sauvetage ! Pourquoi un gilet de sauvetage ? Pour répondre, il faut commencer par dire que Dieu ne fonctionne pas comme nous… Et s’il met un gilet de sauvetage ce n’est pas pour être sauvé, pour être protégé de quoi que ce soit : quand vous êtes Dieu il n’y a pas besoin d’être protégé de quelque chose. Dieu met un gilet de sauvetage pour sauver les hommes : Dieu vient sur terre en mettant son gilet, gilet qui est relié à tous les autres gilets et donc quand il remontera au ciel (à l’Ascension), il pourra faire remonter avec lui tous les autres gilets ! Autrement dit, par Jésus nous est redonné l’accès à la vie de Dieu, accès qui nous était barré, empêché par le péché. Mais Jésus étant Dieu-ayant-revêtu-notre-humanité, il peut nous donner à nouveau accès à la vie divine. Et c’est bien cela que fait Jésus, encore aujourd’hui : il tire, du haut du ciel, sur la corde qui nous relie à lui, pour nous faire remonter au ciel. C’est ce que Jésus cherche à faire tout au long de notre vie : nous attirer à lui !
Mais pour que ça marche, il faut que mon gilet soit suffisamment solide, qu’il ‘tienne le coup’ pour m’amener jusqu’au ciel. Si je prends soin de mon humanité, si je vais et fais ce qui est noble, beau, digne d’un homme et d’un enfant de Dieu, si je fais le bien (pour le dire rapidement car il faudrait préciser), je prends soin de mon gilet ; alors mon gilet tiens le coup ! Et Jésus peut m’amener au Ciel. Mais si j’abîme mon gilet, si je fait de nombreuses et profondes déchirures, si je fais des péchés, péchés qui abîment toujours mon humanité, même quand je fais du mal aux autres sans que cela me concerne directement, alors mon gilet ne tiendra pas le coup, il cassera et Jésus ne pourra pas me tirer jusqu’au ciel… Sauf, sauf si je reconnais mon péché et que je demande pardon du fond du cœur (et pas en surface !). Alors Jésus peut réparer mon gilet, il peut le recoudre et mon gilet peut m’amener au ciel grâce et avec Jésus. C’est finalement ma liberté qui est en jeu là…

Gilet de notre humanité, gilet de sauvetage, mais il ne faut pas croire que ce gilet de sauvetage est uniforme pour tous. Il a, certes, des caractéristiques générales mais il est personnalisé, unique pour chacun. Je vous ai déjà donné des caractéristiques générales mais on peut ajouter que c’est aussi un gilet par balles ! Saint Paul nous l’a dit : la grâce (qui vient par le gilet de Jésus) nous apprend à rejeter le péché et les passions désordonnées d’ici bas. C’est donc un gilet qui nous permet de nous défendre contre nos mauvaises passions et les tentations, si nous demandons l’aide du Seigneur car Il a vaincu toutes les tentations.
C’est un gilet personnalisé : je vous prends deux exemples :
• Celui de St Pierre : c’est un gilet de pêche ! Jésus lui a dit au bord du lac : « je ferai de toi un pêcheur d’homme ». Et comme les clés viennent après, je pense que Jésus avait déjà prévu de grandes poches !
• Le mien (car c’est finalement celui que je connais le mieux !). Ce que je peux vous en dire c’est qu’il est marron, marron avec du blanc cassé ; Il est en forme de scapulaire, taillé au XVI° siècle grâce à Ste Thérèse d’Avila, avec la marque du sacerdoce pour ce XXI° siècle… je ne vais pas plus loin, après c’est entre moi et Dieu (il vous faudra attendre le jugement dernier pour en savoir plus !!).
A vous de découvrir le votre et comment le Seigneur désire le faire évoluer !

Gilet de notre humanité, gilet de sauvetage, gilet personnalisé… Dieu n’a pas eu peur de notre humanité, de la revêtir, au contraire il la veut belle, grande, noble… Alors que nous avons tellement du mal à voir la grandeur de notre vie individuelle et collective, que devant notre vie, nous nous sentons indigne, bas, petit, que nous trouvons qu’il est impossible que Dieu soit proche de nous, que « c’est trop beau pour être vrai » ou bien que « le Bon Dieu c’est bien, mais il est loin… », et bien regardons Jésus à la crèche : Dieu n’a pas eu peur de notre humanité, il se fait l’un de nous et non parmi les grands mais parmi ceux qui avaient une vie misérable. C’est parce qu’aucune vie ne le rebute, qu’aucune vie n’est trop loin que Dieu vient sur terre…
Je terminerai enfin par le plus beau de tous les gilets : le seul gilet qui soit blanc. Il est d’un blanc immaculé car elle est sans tâche depuis le début. Mais vous savez que le blanc, ce n’est pas l’absence de couleur, c’est au contraire l’union de toutes les couleurs. Le gilet de Marie est blanc surtout car elle a mis au monde celui qui uni en lui tous les gilets, de toutes les formes, de tous les pays, de toutes les époques… Elle a porté celui qui porte tout, elle est la fleur de notre humanité, elle brille comme l’étoile du matin.