Accueil > Présentation > Un peu d’histoire > Le père Lazare

Le père Lazare

Un carme missionnaire à Montpellier : Le P. Lazare


Le couvent des Carmes de Montpellier s’honore d’avoir compté parmi ses membres l’une des plus belles figures du Carmel français du XIX° siècle. Le Père Lazare de la Croix (Jean Baptiste BAYLE) voit le jour à Condat, dans le Lot et Garonne en 1828. Après avoir fait profession chez les carmes déchaux d’Aquitaine en 1858, il est envoyé en 1867 dans l’une des plus importantes missions de l’Ordre : le vicariat apostolique de Mangalore, aux Indes. Jusqu’en 1873, il assiste l’un de ses frères nommé évêque de Mangalore, Mgr. Marie Ephrem GARRELON, en qualité de Vicaire Général. Cette charge lui vaut d’accueillir en 1870 quelques carmélites de Pau et Bayonne venues fonder un monastère à Mangalore. Parmi les fondatrices se trouve la future bienheureuse Marie de Jésus Crucifié (1846-1878) dont il devient le directeur spirituel.

 
Rentré en France en 1873, le Père Lazare ne quittera plus le couvent de Montpellier. Jusqu’à sa mort, il servira ses frères comme prieur (1876-1882) ou comme conseiller. Son rayonnement spirituel est très grand. L’évêque de Montpellier, Mgr. de Cabrières, devient son pénitent. En 1901, lors de l’expulsion des Carmes, le Père Lazare reste comme gardien de son couvent saisi par l’Etat, et c’est dans cette quasi clandestinité – qui ne trompe personne – qu’il meurt en 1907, aimé et respecté de tous. Mgr. de Cabrières écrivit à son sujet : « Il avait beau faire, changer de costume, de nom et de résidence, il était toujours pour tous et aux yeux de tous, le Père Lazare, le plus populaire et le plus vénéré de ces anciens carmes, à qui on avait tout enlevé, excepté leur droit imprescriptible à la reconnaissance »

 Fr. Louis Marie de Jésus

Portfolio